Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/08/2018

Après la chirurgie bariatrique la grossesse est-elle possible ?

La chirurgie bariatrique ou la chirurgie de l’obésité représente les différentes interventions chirurgicales adoptées par les personnes qui souffrent d’une obésité morbide, avec un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 40 ou avec un IMC supérieur à 35 accompagné de complications liées à l’obésité telles que le diabète, l’arthrose, l’hypertension artérielle…

Cette chirurgie peut aider à réduire d'environ 20 à 25 kg l'excès de poids, immédiatement après l'opération et au cours des mois qui suivent. Des études montrent également que les patients souffrant de diabète et d'hypertension connaissent une amélioration notable par rapport à ces maladies.

Obésité et grossesse : Quelles sont les éventuels risques ?

obésité,grossesse,perte de poids

La recherche assure que la grossesse, après chirurgie bariatrique, pourrait être beaucoup plus sûre et saine que d'avoir une grossesse qui pourrait être compliquée par l'obésité.

En effet, les études montrent que la chirurgie de perte de poids avant la grossesse pourrait protéger les femmes et leurs bébés des problèmes liés à l'obésité pendant la grossesse, notamment le diabète gestationnel et la pré-éclampsie, appelée encore toxémie gravidique. Cette dernière est définie par une hypertension artérielle qui pourrait augmenter le risque de développer une maladie cardio-vasculaire et causer des dommages potentiels aux organes, souvent les reins, après 20 semaines de grossesse.

Quant au fœtus, il pourrait confronter les risques des anomalies congénitales, d’une naissance prématurée ou encore de la mortalité à la naissance.

Du coup, il est parfois nécessaire de recourir aux chirurgies de l’obésité avant la grossesse afin d’éliminer ce surpoids qui peut affecter la santé de la mère et de l’enfant. 

Chirurgie bariatrique et grossesse : les précautions à prendre

obésité,grossesse,perte de poids

Les experts recommandent généralement de reporter la grossesse jusqu'à ce que votre poids se stabilise, généralement au moins 12 à 18 mois après la chirurgie. Certains experts recommandent d'attendre plus longtemps.

Une perte de poids rapide ou persistante pourrait priver un bébé en pleine croissance de nutriments importants, entraînant un faible poids à la naissance.

Dans ce cas, le bébé pourra présenter des carences nutritionnelles, particulièrement en micronutriments et vitamines, causée par des carences nutritionnelles maternelles. En se basant sur les normes de grossesse, les carences en sélénium et en fer étaient les carences nutritionnelles les plus répandues.

L'apport en protéines doit aussi être soigneusement évalué pendant la grossesse après une chirurgie bariatrique. En effet, selon les évaluations nutritionnelles du deuxième trimestre, l'apport en protéines était significativement plus faible chez les femmes ayant subi une Sleeve gastrique.

Il est recommandé de référer systématiquement ces femmes enceintes à un diététicien. Un suivi attentif est donc nécessaire.

Pour surveiller la croissance du bébé, votre médecin gynécologue pourrait recommander d’effectuer des échographies fœtales récurrentes au cours du troisième trimestre. 

Selon le type de chirurgie de perte de poids effectué et les besoins nutritionnels spécifiques de chaque patiente, le médecin pourrait également prescrire certains suppléments nutritionnels tels que l'acide folique, la vitamine B12, la vitamine D, le fer et le calcium avant et pendant la grossesse.

Si vous avez subi une chirurgie de perte de poids et envisagez une grossesse, consultez votre médecin pour obtenir de l'aide lors de la planification, avant même la conception. Vous pouvez également consulter un nutritionniste diététiste agréé et votre chirurgien de l'obésité afin d’obtenir des conseils sur la nutrition et la prise de poids pendant la grossesse.

18/07/2018

Distension abdominale : causes et solutions

Qui n'a jamais ressenti la sensation désagréable de ventre gonflé ? Dans cet article, vous trouverez les causes les plus fréquentes de ce problème et comment résoudre chacun d'eux.

L'origine de l'inflammation ou gonflement de la région abdominale est multifactorielle et chaque personne doit examiner son agacement concret pour y remédier. Voici les causes les plus fréquentes de ballonnement ou de distension abdominale :

Problèmes digestifs

images (75).jpg

Intolérances alimentaires

Lorsque l'intestin est incapable de digérer les composants normaux de notre alimentation (lactose, gluten, etc.), nous avons une intolérance à cet ingrédient. Comme il ne peut pas être digéré, l'élément, au lieu de passer dans la circulation sanguine, continue son chemin vers les parties terminales de l'intestin entraînant l'eau et produisant une certaine douleur sous la forme d'égratignures, de diarrhée et de gaz. Pour cette raison, l'un des symptômes les plus communs de l'intolérance est l'inflammation abdominale.

SOLUTION : la mesure immédiate face à une intolérance alimentaire, est d'éliminer temporairement la composante rejetée et de l'introduire progressivement jusqu'à atteindre le seuil de tolérance. En outre, il est conseillé de consulter un diététicien-nutritionniste pour faire une revue du plan d'alimentation, car, si nous limitons de nombreux aliments dans notre alimentation, il peut y avoir des carences.

Dyspepsie

ventre gonflé, gonflement ventre, distension ventre,

C’est une digestion lente et un retard de la vidange gastrique. En fait, le processus de digestion est ralenti car un grand nombre de fermentations se produisent résultant du gaz intestinal.

SOLUTION : Il est conseillé de ne pas prendre de repas copieux qui causent une digestion lente. Il est plus physiologique de faire des apports modérés avec une certaine fréquence. De plus, de tous les nutriments, les plus difficiles à digérer et qui retardent le plus la vidange de l'estomac sont les graisses, donc si nous réduisons les graisses dans notre alimentation, la digestion sera plus rapide et moins d'air sera produit. Certaines infusions telles que le fenouil, la camomille ou la menthe sont particulièrement indiquées.

Maladies intestinales :

Les maladies de l'appareil digestif, telles que la maladie de Crohn ou syndrome du côlon irritable, causent des attaques sévères, avec des altérations du rythme intestinal produisant l'occlusion (arrête) de selles et le gonflement de l’abdomen.

SOLUTION : diagnostic précoce, ainsi que le suivi des directives diététiques proposées par les experts en nutrition pour chaque étape du processus de guérison.

Problèmes musculaires

images (77).jpg

Rupture ou laxité des muscles droits abdominaux

Dans ce cas, les muscles sont incapables de remplir leur rôle de contenir la masse abdominale qui sort de la partie externe produisant une augmentation de l'intestin.

SOLUTION : la pratique régulière de l'activité physique dans la vie quotidienne, adaptée aux besoins et aux capacités, rendra les muscles plus fermes, notamment après une grossesse, une perte de poids rapide ou la tendance à la flaccidité. Lorsque la rupture musculaire est totale, la chirurgie d’abdominoplastie sera la meilleure option.

Problèmes alimentaires

L'excès ou la rareté de fibres dans l'alimentation et la présence de gaz au niveau abdominal sont deux autres causes importantes de distension abdominale.

Autres maladies : Ascite ou rétention d'eau

téléchargement (22).jpg

Si, en raison de circonstances multiples, nous avons tendance à l'œdème et que les liquides restent accumulés dans notre corps, il y a certaines zones où ils le font plus intensément : les membres inférieurs et la région abdominale.

SOLUTION : prendre soin de la maladie sous-jacente qui cause la rétention d'eau est le meilleur moyen de freiner ce processus. En outre, il existe des remèdes pour soulager l'ascite : réduire le sel aux repas, augmenter la consommation d'eau, prendre des aliments diurétiques et suivre les indications médicales pertinentes.

 

14/03/2018

10 avantages du lipofilling mammaire !

Le lipofilling est l'utilisation des tissus de graisse autologue à chaque patient comme produit de remplissage pour des chirurgies telles que le lipofilling des seins ou lipofilling facial.

La transplantation de ce tissu adipeux dans la région du sein a un double effet puisque permet d'atteindre une augmentation du volume des seins, et de la façon la plus naturelle, et d'autre part, améliorer les caractéristiques du tissu récepteur pour son contenu dans les cellules souches.

images (71).jpg

Parmi les utilisations les plus courantes du lipofilling :

  1. Correction de la double rainure : De même, la graisse placée dans le pôle inférieur de la poitrine améliore la zone de transition entre l'implant et la glande mammaire.
  2. Correction de l’ondulation visible des implants mammaires lorsqu’il s’agit d’une augmentation mammaire par insertion des prothèses sous-cutanées car l’injection de graisse contribue à augmenter l'épaisseur du tissu pour dissimuler ces imperfections.
  3. Le rétrécissement de la zone inter-mammaire dans l'encolure avec l'ajout de la graisse dans cette zone en complément d'une augmentation mammaire traditionnelle avec une prothèse.
  4. Amélioration de l'élasticité et de la qualité de la peau après radiothérapie, grâce à la grande capacité de régénération de la graisse.
  5. Reconstruction du sein après extirpations partielles pour traitements oncologiques. Ce sont des tumorectomies ou des quadrantectomies, qui auraient une solution très compliquée avec des implants ou des lambeaux.
  6. L'augmentation des seins avec de la graisse autologue, sans utiliser d'implants. Possible principalement chez les patients avec de grandes accumulations de graisse et / ou qui désirent une augmentation mammaire naturelle et modérée.
  7. Assurer la symétrisation : C'est un excellent outil pour fournir le volume dans le plus petit sein afin de corriger les asymétries associées ou non à une chirurgie d'augmentation mammaire avec prothèse.
  8. Amélioration du pôle inférieur des seins tubéreux, camouflant cette malformation congénitale si fréquente au sein.
  9. Remplissage après l'enlèvement du cathéter de chimiothérapie, lorsque cette zone de la clavicule est enfoncée comme suite.
  10. Épaississement des tissus de recouvrement pour dissimuler les bords de l'implant chez les patients minces. L'association des graisses et des implants chez les patients minces ou avec des tissus très fins permet le naturel, en cachant la présence de la prothèse qui serait autrement très visible.